ACCUEIL



Articles récents UVO



Classics Challenge - 1er mars


Le principe : réaliser chaque mois un parcours au départ de Paris vers une ville distante (généralement avec une gare pour le retour vers Paris) rappelant une course cycliste actuelle ou passée. Les parcours sont publiés d’un mois sur l’autre. C’est gratuit, il suffit de s’inscrire pour participer. Mais c’est obligatoire ; comme le port du casque.
Ces challenges peuvent être réalisés le jour J ou à n’importe quel moment ; pour le valider il faut télécharger l’URL Strava de son activité sur le site de CC.
Les règles sont simples, c’est comme à l’UVO : "sécurité first". Tenir sa ligne, tenir sa ligne ET tenir sa ligne ; pas plus de 2 de front ; signaler les obstacles ; respecter les feux rouges… etc (Olivier a dû leur donner ses consignes) ; avoir la carte du parcours ou la trace sur son GPS, car ce n’est pas fléché.
C’est ainsi que lorsque j’ai entendu parler des CC lors de son passage à Houdan, j’ai eu envie de relever le défi.
Même si je n’aime pas faire de vélo en milieu urbain, je me suis levé le samedi 29/02/2020 à 5h15 (ça pique !). Départ en vélo direction la gare de Mantes la Jolie à 6h30 (au lieu de 6h15 prévu) pour prendre le train de 7h10 en direction de Paris Saint Lazare.

7h07 gare de Mantes-la-Jolie

Heureusement ça descend et le vent n’était pas encore levé à cette heure, il n’est pas fou lui !
Billet pris, le vélo et ma pomme sont « montés » à Paris.

Bien installé dans le train

De la gare St Lazare il n’y a que 3 km pour rallier le lieu de rdv du départ du Challenge du jour.

Gare Saint Lazare, Paris

Ne connaissant pas Paris, j’ai chargé le GPS du guidage (c’est son job) mais je me suis trouvé face à une rue en travaux : impossible de passer. Donc, direction place de l’étoile et son Arc de triomphe : oups ! Ce moment délicat passé, arrivée au KM 0 : LE CAMP DE BASE DU CYCLISTE, qui est une boutique vélo rue des acacias à Paris.

Km 0, point de départ de la balade

Là, dans le calme et la fraicheur du matin, des dizaines de vélos, chacun avec un cyclo à côté de lui. Pas de cheveux blancs ou presque. Pas de tenue de club bariolée. Sauf une, celle de l’UVO sur mon dos. Des personnages. Des types barbus, des petits, des grands, cheveux longs parfois. Des filles, la couette passant à travers les aérations arrière du casque. Et tous avec un sourire taille XXL. Pas de table d’inscription, juste une petite table avec une cafetière et des gobelets en guise de sésame pour aller rouler. Quel contraste avec nos rallyes clubs.
Les départs étant organisés de telle sorte que les plus rapides partent en premier, puis tous les ¼ d’heure : 35m/h et + à 7h45, 30-35km/h 8h00……20-23km/h à 9h00. J’ai pris le départ à 8h30 25-27km/h.
Nous sommes restés groupés pour sortir de Paris dans cette zone urbaine ennemie… GRRR ! Puis ça a explosé et chacun a roulé à son rythme, accompagné ou non. Pour ma part, mon co-pédaleur du jour s’appelle Éric. Le tracé passe par des routes forestières, des routes de plaine très dégagées et des côtes à forts pourcentages… tous les ingrédients pour plaire aux participants. Donc parcours TRES agréable. Sauf que la météo s’est gâtée ; vent violent, grêle qui gifle les visages, forte pluie : je suis projeté dans l’herbe à 2 reprises …que d’émotions.

Ça souffle très très fort, les cyclos se protègent comme ils peuvent.

Pas un seul des cyclos n’a perdu son entrain et sa bonne humeur. Pour preuve un commentaire de Anton P. relevé sur Strava : « même pendant, j'étais mort de rire : entre le vent qui essayait de m'emporter dans le champ et (en même temps) la grêle qui fouettait mon oreille droite, je me suis dit que j'ai bien fait de venir car c'est rare de se retrouver dans un déchaînement d'éléments comme ça » !
Autre anecdote ; ma selle à 8 reprises s’est mise à avoir une érection soudaine donc arrêt forcé et atelier serrage de selle pour la calmer car c’était très gênant…

Terminus (pour ce qui est du Challenge) à la gare de Pontoise

Arrivés à la gare de Pontoise c’est le terminus de l’épreuve. Une boulangerie aussi bien qu’à Gaillon permet un ravito léger avant d’entreprendre le retour en vélo vers la maison. Vent de face en permanence, c’est usant, surtout sur des jambes fatiguées.

Le vent a balayé les nuages : qui a parlé de mauvais temps ?

Au total 170 km d’efforts et de plaisir : un parcours que je vous recommande. Mais pour découvrir cette ambiance si différente de ce que l’on connait, ce sera lors d’une prochaine édition.

••• Pascal Caumont


Pour plus d’infos sur le Classics Challenge : https://www.classics-challenge.cc/