ACCUEIL
Menu latéral niouzes
A
r
t
i
c
l
e
s

r
é
c
e
n
t
s

BRM 300 d'Andrésy (6/4/2019)


Départ décalé

Patrick (avec en tête un 300 version Ariane 6), Valérie et Stéphane (chacun sur son vélo cette fois) avaient opté pour un départ à 4h00 pétante, tandis que Kap'tain Jean-Louis et moi-même visions plutôt 4h30, histoire de dormir un chouille de plus (… euphémisme) tout en gardant un peu de marge (clôture des inscriptions à 5h00). Mauvaise pioche !

3h15 du matin, j'active donc, comme pour le BRM200 un mois plus tôt, la destination Andrésy - gymnase Stéphane Diagana sur le GPS de ma coréenne (je parle de ma voiture, ma femme est belge). Arrivés sur place, tu m'étonnes qu'y avait de la place sur le parking… c'était pas là !! Vite, on consulte la feuille de route pour trouver l'adresse du jour : salle COSEC Jean Moulin, un ou deux kilomètres plus loin. Inscription rapide, puisque nous devions être parmi les 5 ou 6 pecnots qui avaient boudé le départ du troupeau insomniaque. Qu'à cela ne tienne, on se lance un peu esseulés dans la bouteille à encre (en évitant de la jeter, on a de la route à faire). Au premier carrefour, déjà une question existentielle digne de la macronie : à gauche ou à droite ? C'est qu'un parcours de 300 bornes, ils mettent du temps à les charger les Garmin…

Dans la torpeur matinale, l'hémisphère droit encore dans l'oreiller et le gauche pas encore dans son 300, on se surprend à prendre des roues inconnues en se persuadant que "ça doit surement être par-là". Alors qu'on suivait un cyclo qui franchissait tous les carrefours avec une assurance inspirant confiance, le Garmin du Kap'tain n'arrêtait pas de lui dire "à droite", instruction qu'il me relayait avec une pointe de désarroi de nous voir continuer à filer droit. Mon GPS, lui, se limitait à m'afficher un "hors parcours" assez peu informatif – le début d'une grande journée pour lui ! Au bas de la côte de Triel, voilà-ti pas que notre sherpa improvisé nous sort qu'il n'est pas du coin et qu'il n'a aucune idée d'où il va. Et merde… ça réveille !! On décide donc de tout remonter, et de suivre (enfin) le GPS de Kap'tain, qui nous entraine dans la montée de Chanteloup les vignes… qu'apparemment on ne devait pas prendre : quand ça veut pas, ça veut pas. Faut dire que quand les parcours aller et retour se chevauchent, y' z'aiment pas les Garmin… Après un petit tour dans les ruelles froides et désertes d'Andrésy, moult hésitations et retour sur nos pas, on se retrouve en bas de la côte de… Chanteloup les vignes. Je sentais que mon Jean-Louis commençait à s'impatienter. Je lui suggère donc de "sortir d'ici" en montant cette foutue côte, et "on verra bien en haut vers où aller". Sur le plateau bien nommé de l'Hautil, alors qu'on se croyait partis pour de bon, mon GPS sort de son coma galactique pour m'indiquer de prendre la direction de Vauréal. Chouette, une descente… on se laisse aller… pourvu qu'on ne doive pas la rem… et merde ! En fait, comme on devait arriver de – et non aller à – Vauréal, nos GPS tentaient tant bien que mal de nous remettre sur le droit chemin. Demi-tour, on se retape la descente dans l'autre sens (qui du coup devient une montée). Qu'on se l'dise: Le Val d'Oise, Andrés-y… mais vous zaurez du mal à en zordir !!

Google gaf(f)a moins que Garmin

Mon Garmin pédalant toujours dans la choucroute (par solidarité sans doute), ni une ni deux je sors mon téléphone, coréen lui-aussi, et je demande à Google Maps de nous emmener à Lyons-la-forêt, première étape de ce BRM 300 (km 86). Il nous lance sur une départementale tracée à la règle, direction nord-ouest, et les timides tentatives du Garmin de Kap'tain de nous en détourner n'y changeront rien.
Ce sera tout schuss avec Google !! Il doit être dans les 5h30, il fait encore noir, toujours pas chaud, on a perdu pas mal d'influx dans ce départ chaotique… et mon GPS, entre ses permanentes tentatives de "re-calcul automatique" et ma frénésie de visiter tous les boutons et sous-menus pour qu'il me dise enfin autre chose que "GPS éteint", est entré en apoptose (terme scientifique dénommant la mort programmée d'une cellule). Je comprendrai une fois arrivé à Lyons-la-forêt : sans m'en apercevoir, j'avais activé la position indoor. C'est vrai que sur un home-trainer, pas besoin de GPS… à moins que tu ne saches plus où t'habites tellement t'es naze !!

Quatuor à chaine

Le parcours devient plus roulant, quasi tout plat, avec vent de dos ; la cinquantaine de km nous séparant de l'étape 2 (la Bouille, km 139) sera vite avalée. Après le coup de tampon, un petit arrêt "ravito" s'impose pour ne pas se faire rattraper par la fringale. Nous étions tranquilles aux bords de Seine avec Kap'tain, et là, quelle ne fut pas notre surprise de voir débouler Steph et Valérie ! Bien qu'ils étaient partis avant nous, l'itinéraire bis de Mr Google, écourtant celui de Mr Garmin de 4 km, nous avait conduits à dépasser pas mal de cyclos sans nous en apercevoir ! On rependra donc la route en quatuor pour ne plus se quitter jusqu'au bout (ça fait happy end, non ? c'est pourtant loin d'être fini….).

Quelques km après la pause-déjeuner à Montfort-sur-Risle (km 167), nous empruntons une voie verte tracée sur une ancienne ligne de chemin de fer, débutant tout près de Bec Helloin (mais tout près j'vous dis). Elle nous sapera jambes et moral : interminable, entrecoupée de maintes routes et autre chemins agricoles, interrompue par mille barrières, jetant sous nos roues un goudron rendu turgescent par les innombrables racines d'arbres, parsemée de résidus forestiers, et surtout en légère ascension continue (1-3%), nous la parcourrons avec ceux qui seront nos nouveaux compagnons de route jusqu'à l'arrivée : un cyclo ma foi fort sympathique, et… le vent de face (qui le fut nettement moins) ! La plaisanterie de la voie verte, de mauvais gout, durera plus d'une trentaine de km. Une horreur ! Valérie s'accrochera courageusement, ce genre d'exercice n'étant pas sa tasse de thé (elle y viendra plus tard). Steph jouera les premiers violons de ce quatuor augmenté pour nous aider à vaincre l'interminable faux-plat ; il le payera d'un petit coup de moins bien à l'approche de la vallée de l'Eure (St Vigor). Moralité, quand t'es dans le TGV, n'oublie pas de visiter le wagon-restaurant !

Le petit cachet de Valérie

Vernon (km 250) est en vue pour un petit arrêt bien mérité à la terrasse d'un café, sous le soleil (fait pas chaud quand même). Patrick doit déjà être sous la douche… Nous, on recharge les batteries, on se prend qui un coca, qui un thé (le revoilà), on s'alimente de ce qui reste dans nos besaces. Valérie prendra un mystérieux petit cachet dont elle ne nous révèlera pas la nature… Eau fraiche dans les bidons, tout le monde est d'attaque pour le dernier tronçon, moral au beau fixe. Giverny, La Roche-Guyon, Vétheuil… ça y est, on est chez nous ! Allure modérée mais constante (27-30 km/h), relais efficaces, on avance vers le but final. Bonne nouvelle, Steph a retrouvé la patate. Et plus on avance, plus Valérie s'enhardit en tête du groupe… mais de quoi donc était fait son "petit cachet" ??? La côte pour s'extraire de Vétheuil (vers Sailly) nous permet de couper le long bras de Seine embrassant Mantes, pour retomber un peu plus loin sur Meulan.

On a évité les méchants coups de cul entre Vétheuil et Limay, c'est pas plus mal. On leur pardonne. Mais ce sont des vicieux à Andrésy (on l'avait déjà remarqué lors du 200). Alors qu'il suffisait ensuite de longer la Seine pour atteindre Andrésy, ils nous imposent une dernière ascension, l'Hautil, toujours aussi bien nommé, direction Menucourt… pour, évidemment, redescendre de l'autre côté sur Andrésy. Le genre d'ascension totalement inutile. Au km 290, ça fait mal ! Mes compagnons d'aventure m'attendront longuement en haut de la côte : même quand les jambes sont bonnes, mon genou droit me rappelle qu'il demeure mon point faible sur les longues distances, notamment lorsque la portion matinale a été fraiche et roulante. A méditer pour les prochains brevets !

Vers 17h40, après 11h50 de roulage, nous voilà revenus au (CO)SEC (pas une goutte de pluie en effet, malgré un ciel menaçant sur la fin). Personne n'est HS (à part mon Garmin), au point que l'on zappe les massages proposés par les kinés de l'association Vaincre la mucoviscidose. On se garde ça pour le 400 ?


••• Vincent



BRM 300 Flins (13/4/2019)

5h du mat, Flins s’éveille (ou presque) ; il fait encore nuit noire. Une centaine de cyclos, dont Patrick Philippe, Stéphane Boudry et moi, s’équipent pour un périple de 300 kms direction le Sud. Attention, le Sud ne veut pas dire les belles contrées du Sud de la France, mais le Sud de notre région, donc une boucle autour de Chartres, principalement dans la Beauce…

Nous ne verrons pas Patrick au départ, parti à 5h pétante et nous, en tandem, un peu plus tard. Les gilets sont parés, les lumières fonctionnent à merveille et c’est parti !

Jusqu’à mi-chemin, le vent est faible - et plutôt dans le dos - et le dénivelé pas trop élevé. Notre allure est bonne ; en tandem ça file ! Nous doublerons un certain nombre de cyclos et roulerons seuls ; pas facile de rouler groupé en tandem sur ce genre d’épreuve où chacun essaie d’en garder sous le pied.

Premier contrôle à Sours, et que fait-on ? On pointe et on mange bien sûr !

Contrôle à La Ferté Vidame : on mange encore !

Ce qui est bien dans le vélo, c’est que pour tenir il faut manger alors on en profite et à chaque arrêt, tous les 55 kms environ, on avale une pâtisserie, un sandwich, et on boit beaucoup… mais de l’eau,
là il faut rester raisonnable.

Après La Ferté Vidame, changement de cap et retour face au vent. La lutte contre Eole et le paysage monotone de la Beauce auront raison de moi quelques heures, alors que Stéphane avait la pêche ; et c’est ça l’intérêt du tandem, le coup de mou n’est jamais au même moment pour chacun (sauf que Stéphane n’en a pas eu !). Je me reboostais donc à partir de Nogent-Le-Roi en retrouvant quelques routes de nos sorties amicales pour finir cette épreuve, et en concluais que je pédalais avec les yeux : si le paysage me plaît, tout va bien J.

Nous arriverons à 18h40 à Flins, contents d’en avoir terminé. Quant à Patrick, arrivé à 16h40, il y a longtemps qu’il était parti et déjà douché.


••• Valérie