ACCUEIL
Articles récents UVO

Orgerus-Honfleur, 7 septembre 2019

Pour narrer notre périple Honfleurais, je me suis porté volontaire. D'une part, parce qu'au jeu du « plouf-plouf », je perds tout le temps, et d'autre part, c'est une fonction que j'avais accepté de prendre en charge et pour laquelle je n'ai pas toujours pu assurer. Néanmoins, le vécu de chacun sur cette édition étant quelque peu atypique, je vais forcement initier le récit de ma perception personnelle plus que collective.
Mais d'abord, d'où vient cette drôle idée de se rendre à Honfleur ? Il faut dire qu'il y a encore quelques années, le dernier grand rendez-vous de l'année des cyclos d'Orgerus consistait à participer au feu « Levallois-Honfleur », grande organisation d'un club Parisien aujourd'hui disparue, tout au moins dans sa forme initiale.
Pour perpétuer ce rendez-vous de fin d'année et continuer d'atteindre cette destination à la seule force de leurs jarrets, les cyclos de l'UVO choisissent de revivre cette aventure pour la deuxième année consécutive. Il va sans dire que pour le profane, rejoindre la mer depuis nos contrées Yvelinoises est aussi improbable qu'impossible (sans produits illicites j'entends...). La bière, le flan normand et consort n'étant pas encore interdits, on est tranquille pour le moment et savons que c'est réalisable.
Une très bonne édition 2019 ! Quand un groupe de 15-20 cyclos de l'UVO décide de se rendre à Honfleur en partant d'Orgerus à bicyclette, il faut un minimum de préparation. Sur le plan physique bien sûr, mais aussi tout un travail en amont que je décrirai plus tard.



En cette période de l'année, chacun a pu largement peaufiner sa propre forme. J'oserais même jusqu'à soupçonner certains d'entre nous de faire de cette randonnée une petite récupération active suite à des épreuves bien plus prestigieuses auxquelles ils ont pu se prêter cet été. Pour (au moins) un des cyclos, la balade était un véritable défi, rien à voir avec un PBP bien sûr, mais les doutes étaient les mêmes : « vais-je y arriver ? », « comment gérer au mieux ? » etc., une sorte de challenge dont le seul objectif était : rallier Honfleur. Personne n'a été déçu, au contraire, presque fier même. Et même s'il atteint l'arrivée avec plus d'une heure de retard sur ses petits camarades, le cyclo pourrait presque se vanter d'en avoir profité davantage... Mais ça, c'est une autre histoire.
Le rendez-vous est donc pris à 9h, la place des Halles, sur laquelle nous aurions presque notre place attitrée tant elle nous est familière. On a pu ainsi faire route commune avec les cyclos de la sortie amicale durant un bon bout de chemin. En cette fin d'été, il y fait presque un tantinet frisquet en fait. Il a légèrement bruiné sur le petit matin et les plus frileux ont déjà empilé les épaisseurs. Le sol est humide mais la route est suffisamment ressuyée pour ne pas se faire maculer de boue au point de ressembler aux vaches normandes. Et comme on risque de croiser leur regard dans quelques heures, on ne sait jamais. Heureusement, Mme Météo a eu la bonne idée de nous épargner cette toujours possible confusion.



A part un drôle d'oiseau qui a pris la poudre d'escampette en partant 5' avant le reste de la troupe, tous les cyclos partent gentiment. A peine l’échauffement réalisé, la première crevaison ne tarde pas à pointer son nez. Et un silex pour Alex, Un ! Juste pour la rime. Il l'a fait exprès c'est sûr. Mais revenons sur notre échappé du jour. Compte tenu de sa forme olympique, il misait de voir sur lui fondre bien plus tôt un train UVO en mode dit : « TéGuéVé ». Mais non, rien, un train fantôme sans doute a-t-il pensé. Je l'aurai même entendu dire : « Un train en retard, non, ça n'existe pas, ça se saurait, il a du passer sans que je le voie ! ». Bon, il appelle Daniel, son coach, pour lui annoncer qu'au moins un des deux semble perdu : soit le groupe, soit lui, voire les deux. Mais en effet, la crevaison n'avait fait que reculer l'échéance d'un retour annoncé. Le train est bien passé, en retard certes, mais quand il a fallu raccrocher les wagons, pour lui, la musique est passée d'un bon vieux Blues mélancolique à un Rock'n Roll des plus endiablé. Et là, après quelques km en apnée, une âme charitable s'est payé le luxe lui offrir un bref répit en enfonçant le silex d'Alex dans le pneu de Pascal. Ce dernier a eu la bonne idée de ne pas le refourguer ensuite, ce dont personne ne s'est plaint d'ailleurs.
Se refaisant la cerise, tout le monde a pu cahin-caha suivre, et ce grâce aux ralentissements imposés par le maillon faible jusqu'à la boulangerie de Louviers. Les seuls grognements étaient ceux de nos estomacs qui commençaient à se manifester. Le point de ravitaillement habituel tant convoité était enfin arrivé. En ½ h, ont été engloutis sandwichs, canettes et autres pâtisseries, collation qui fait partie de la raison inavouée de notre périple, reconnaissons-le. Mais pas le temps de débarrasser les tables ni de réparer les petits dégâts occasionnés. S'enchainent les prises de quelques photos du groupe et hop, direction la principale difficulté du jour. A noter un départ légèrement anticipé de 2 échappés cette fois-ci, dont un repris très très vite, je tairais son identité pour préserver sa dignité (juste ses initiales : OZ) et un autre qui a eu, au métier, la sagesse d'attendre (idem, pas de nom, juste JM).



Ensuite ce fut une fin de parcours très partagée mais avec une solidarité et une bienveillance que chacun aura appréciées. C'est aussi là que l'on retrouve le fameux esprit UVO. Mais c'est la mort dans l'âme, et par choix, qu'un cyclo a souhaité rester raisonnable de ne pas suivre le groupe, ni qu'on l'attende. Il lui fallait suivre sa propre arythmie, ne pas l'imposer aux autres et inversement, ne pas se faire imposer une allure différente de la sienne, synonyme d'échec par un arrêt prématuré. Et comme nous l'avons évoqué plus haut, la suite lui a donné raison.



S'il y a des points à retenir sur le parcours, c'est aussi qu'on y traverse des villages typiquement Normands,



du calme, une circulation réduite à laquelle nous ne sommes pas habitués (à part en été), des espaces immenses, des prairies, des vallées, des étangs, des forêts, des ponts aussi, surtout les très grands ponts annonciateurs que la fin approche. Ne serait-ce pas ça le bonheur tout simple du cyclotouriste ? Pouvoir s’arrêter au détour chemin, admirer un château, s'asseoir ou s'allonger pour souffler 5 minutes, prendre de temps en temps une petite photo, longer des haies à perte de vue formant à l'envi des murs de mures mûres, où murmure la rivière, paisible.


Et puis l'arrivée sur Honfleur, grandiose, les km ne comptent plus, l'objectif est atteint. Hourra ! On nous y attend, on nous félicite, on les remercie d'être là… content quoi !



Honfleur, on ne s'en lasse pas. En guise de récupération, petite promenade sur le vieux bassin, boisson fraîche, quelques rues commerçantes. Relax. La plupart y retrouvent leur famille venue les récupérer, puis pour ceux qui le pouvaient, se retrouver au restaurant pour, il faut bien l'admettre, reprendre quelques forces.



Dans certains délires, on y apprend même qu'après avoir craint de se voir doubler par une rosalie dans Pont-Audemer, l'idée a même été proposée de faire la prochaine édition en touk-touk.
L'alcool qu'on n'a pas bu ferait-il son effet ? Non, c'est la fatigue.
Et pour vivre tout ça, en fait, il a fallu une bonne dose de préparation en amont: ce qu'on appelle communément l'organisation. Elle ne s'improvise pas, une rando de cette ordre nécessite de prévoir un minimum de logistique. Le parcours : nous suivons un principe digne de Lapalisse : le plus simple étant le meilleur moyen de ne pas faire compliqué, aller tout droit est bien mieux que de faire des droites/gauches à tout crin, et si en plus c'est pas trop accidenté, on prend ! 156 km quand même ! Puis il a fallu gérer les : qui peut venir ? Qui compte revenir ? Comment ? Avec qui ? Combien de places dispos dans les voitures du retour ? Qui reste sur place ? Qui mange le soir au resto ? Qui revient en vélo (les candidats potentiels des prochains PBP j'imagine ?) ? Et oui ! Il y en a même qui retourne à vélo le lendemain. Mais Chuuuuut ! Ne le répétez pas : « c'est pour profiter du vent dans le dos » me suis-je laissé entendre.



Bref pour l'organisation, cela revient à faire des comptes d'apothicaire qui fluctuent jusqu'au dernier moment (sinon ce ne serait pas drôle). Et c'est pas tout, il faut prévoir les horaires, les points de rendez-vous, où seront basés notre ravito du midi, notre repas du soir et les réservations qui viennent avec. Pour cela, il nous fallait un pro de l'organisation. Et personne de mieux placé que Jacky pour coordonner tout ça, aidé bien sûr par des piliers aguerris de l'organisation. Il s'est cassé la tête pour résoudre toutes ces équations avec succès et nous a permis, au final, de passer une belle et très grande journée. Bravo à lui, bravo à eux.
D'où je suis, j'entendrais presque crier les cyclos de l'UVO: « vivement l'année prochaine ! ». Une chose est sûre, on va faire des émules.

••• O.Z.