Articles récents UVO

Cliquez pour modifier le mode d\'affichage (1 à 4 col) selon la taille de votre écran 

L'année cyclo – Soirée club du 6 novembre 2021


Bonsoir Mesdames et Messieurs,
…et bonsoir aussi aux autres sexes s'il y en a, car de nos jours on ne sait plus trop… mais bon j'y reviendrai tout à l'heure !!
J'espère que tout se passe bien et que vous êtes heureux de vous retrouver ….


Décidément j'ai l'impression qu'il n'y a pas que moi qui suis sourd ici !! VOUS ETES CONTENTS DE VOUS RETROUVER ??

Ah quand même… parce que ça fait un moment qu'on ne s'était pas vus n'est-ce pas !! 40.000 km ….. 40.000 km qu'on ne s'était pas vus…. vous vous rendez compte ? Bon j'en vois qui me regardent bizarrement et qui s'demandent ce que j'raconte.… en fait là j'utilise un dialecte de cyclos… le Bouysset ça s'appelle. Et en Bouysset 40.000 km ça veut dire 2 ans. 20.000 km par an si vous préférez. Ou 100 bornes tous les 1,77 jours… Ah j'vous jure c'est vrai, on a fait des recherches avec l'ami Hubert : 20.000 km par an c'est une règle de Baz'…


Mais je maîtrise aussi d'autres dialectes. Le Duhaubois par exemple, très pratiqué depuis longtemps à l'UVO. Mais là le Duhaubois c'est un peu plus compliqué car c'est un dialecte qui se parle sur plusieurs communes. En l'occurrence y'a deux variantes : le Duhaubois du bas à la Queue et le Duhaubois du haut à Grosrouvre. Alors le Duhaubois du haut est dans les bois, et le Duhaubois du bas il a beau pas être dans les bois il est pas dans les eaux non plus. Ah c'est un dialecte compliqué le Duhaubois. Et je ne vous parle pas de la variante anglaise, le "Of The High Wood"… là c'est totalement intraduisible.


Alors d'après nos informations avec Hubert, en Duhaubois du bas, deux ans ça se dit 20.000 km… donc 10.000 km par an. La moitié d'un Bouysset, donc. C'est pour ça que des Duhaubois y'en a deux, c'est pour compenser. Y'en a même trois car avec Hubert on a retrouvé une variante féminine. Mais celle-là c'est pas vraiment un dialecte au sens propre du terme, c'est plutôt un patois … hein Christine, le vélo…. c'est pas toi !!

Bon après cette petite introduction on va arrêter de délirer, et on va revenir à notre bonne vieille langue maternelle… le belge bien sur ! Donc je disais "ça fait 2 ans qu'on ne s'était pas vus"… mais on a tous gardé la frite une fois dis, hein !! Alors pendant ces deux ans, il s'est passé pas mal de choses à l'UVO. Ah ça on pourra pas dire qu'on a tourné en rond pendant les confinements. Enfin, si, un petit peu quand même….

il y a eu plein d'exploits individuels bien sur – on en a eu un exemple tout à l'heure avec le récit des Bikingman de Patrick - des sorties originales, quelques belles virées entre potes, mais aussi des choses moins drôles, comme des chutes, et même la perte d'une figure de l'UVO.

Alors comme il est de tradition que je couvre les événements de l'année lors de la soirée club, et bien aujourd'hui vous allez avoir double dose.



C'est à la mode d'avoir deux doses…!! C'est pour ça d'ailleurs que je parle après la choucroute, afin que vous puissiez reprendre appétit pour le dessert qui vous sera donc servi d'ici une petite et heure et demie… si je ne me perds pas en route parce que à c't'heure ci je ne suis plus totalement à jeun….

Commençons donc par évoquer la raison qui fait que l'on ne s'est pas tous revus depuis 2 ans. Avant toute chose, je sais qu'il y a dans cette salle des personnes dont la famille a été durement touchée par cette foutue épidémie, et mes pensées vont en premier lieu vers elles. Mais je suis là pour vous divertir alors il va bien falloir en rire un peu aussi de ce foutu COVID. Ou plutôt de CETTE foutue Covid, car c'est féminin il me semble…
Comment dis-tu Pierre ? C'est … féminin… comme toutes les catastrophes !?! Ah ben là c'est l'curé qui parle, je m'incline…
Mais bon suffit de regarder hein, on n'invente rien : la grippe, la variole, la rougeole, la varicelle, la coqueluche…
Bon OK, un rhume…. On va aller loin avec ça…. Sinon, on dit aussi une tornade, une inondation, une explosion… que du féminin tout ça…


par contre, un vaccin, un traitement, un remède, ... un apéro, … un exploit … on voit tout de suite la différence quand c'est masculin… mais heureusement pour rattraper ce désastre de la théorie du genre, il y a :


Bon les filles vous me connaissez, vous savez que je plaisante évidemment, c'est juste un peu de zemmour belge !! D'ailleurs pour revenir à nos moutons, pendant les confinements, on nous a imposé des sorties assez belges : 1 km, 1 heure, 1 fois ! Et ça a donné des trucs assez bizarres…. parce que rouler dans un rayon d'1 km de chez toi, faut être assez inventif… des sorties Alzheimer j'avais appelé ça. J'vous explique…


De chez moi au Moutiers, tu pars à droite… tu passes devant l'église… y z' ont refait le toit, vous avez vu ? C'est sympa…. puis tu descends vers le monument aux morts… il est fleuri, c'est sympa aussi… puis tu remontes vers Béhoust… tu passes devant Auchan … vachement pratique un magasin de proximité pour faire ses courses hein…. Puis t'arrives au cimetière à l'entrée de Béhoust… y reste des places libres, c'est bon à savoir surtout par les temps qui courent…. Et là tu prends à droite et tu repars vers Orgerus… et comme ça te prend 6 minutes 30 de faire ce tour là et qu'on t'a généreusement accordé 1 heure… ben tu refais un tour comme si tu venais juste de partir… hmmm la belle église, z'ont refait le toit, sympa…. Ah le monument aux morts… l'est fleuri, sympa… y'a un Auchan … super pour les courses… ah y'a un cimetière ici, c'est bon à savoir …. Et tu te retrouves chez toi, t'en es à 13 minutes…. Donc comme t'as une heure, ben tu refais encore un tour… ah la belle église… et ainsi de suite…

J'te garantis que si t'étais vaguement sain d'esprit au départ, ben à l'arrivée t'as plus toutes tes frites dans le même sachet. Ouaiiiiss ça c'est une expression de chez moi pour dire que ta chambre est pas bien rangée… que t'as les fils qui se touchent…. Bref que t'es devenu complètement zinzin quoi. Et ça c'est pas tout, car le vrai problème c'est qu'à force de tourner en rond, ben ton vélo il en peut plus non plus !!!



Alors pour pallier aux restrictions de tous ces confinements successifs, on a ressorti les home-trainers. Les plus imaginatifs comme Eric Vertadier ont construit chez eux des machines plus réalistes que nature avec le vélo qui s'incline progressivement pour mimer au mieux les ascensions. Bon y fonctionne que le jeudi, par définition…. Mais c'est sympa quand même. Et puis, une machine qui te lève de l'avant, ça peut toujours servir en cas de panne…



Sur le même principe, d'autres ont inventé l'alternance de côtes et de descentes la plus rapide de l'histoire…. Environ 1 seconde entre les descentes et les montées… et c'est à l'infini….


vous imaginez bien que tout ça, ça finit par taper sur le système …
Alors on a commencé à voir nos copains sombrer petit à petit dans la folie… cherchant par tous les moyens possibles et imaginables de pédaler, quelle qu'en soit la raison….


C'est ainsi que sont nés les home-trainers machine à laver, ou encore les home-trainers motoculteur…


Je ne vous raconte pas les dégâts de la pandémie sur la santé mentale des cyclos… Comme disait Coluche, "c'est les nerfs"….


Chantal, j'espère que ça se passe un peu mieux à la maison, que c'est pas trop pénible, car là, là je t'avoue qu'on s'inquiète une petit peu….

Et puis évidemment, il y a le cas Patrick Philippe…. Déjà en temps normal lui il est pas normal, alors en temps de pandémie je vous raconte pas…. Patrick il a pas de home-trainer, il a des rouleaux. C'est pareil sauf que ça n'a rien à voir. Tu poses ta bécane sur des rouleaux à pâtisserie et tu pédales… ah c'est pas de la tarte hein… Avec sa mesure habituelle, il avait donc roulé genre 3 heures sur ses rouleaux de printemps, à une moyenne de 52 km/h comme vous pouvez le voir, mais il ne s'est pas rendu compte qu'à force de pédaler comme un malade ben il s'était rapproché un peu trop près de l'armoire, qui n'a pas aimé… et quand ça a commencé à sentir le brûlé il s'est dit qu'il y avait quelque chose de pas normal… le pneu n'a aimé non plus… et même les rustines ont fondu…. !!
Patrick, un conseil : si tu refais du home trainer, pour les pneus, va voir chez Aldi : ils en vendent des très solides, c'est des 4 saisons. Vive Aldi et ses 4 saisons !!


Alors heureusement après tout ça on a re-eu droit à faire du vélo dans un rayon de 10 km et pendant 3 heures. Et l'ami Pascal, il nous a fait un circuit qu'il a appelé l'escargot !! c'était de circonstance !!
Donc on a Roulé Boulez…



Y'en a même qui ont réussi à faire 200 km dans un rayon de 10 km…. Avec 2000 m de dénivelé SVP… et tout ça pour un anniversaire en plus… quand je vous dis qu'on est tous devenus un peu zinzin pendant ces confinements !!

Alors tout ça c'était donc pendant LA covid. Mais en deux ans il s'est passé plein d'autres choses dans nos vies.


Par exemple, la théorie du genre s'est invitée partout dans notre quotidien. Au boulot, en politique, dans les administrations, dans les media…. On ne peut plus rien dire sans qu'on se prenne des réflexions… Moi qui avais l'habitude de dire "ça c'est pas une sortie de tapettes" … olaah c'est fini ça, censuré, plus autorisé du tout.
Mais c'est pas tout…
• t'utilises pas l'écriture inclusive ? t'es taxé de macho !
• tu dis que tu préfères le vin blanc ? t'es taxé de raciste !
• Dans la sortie de ce matin on est passé par le gué des grues. Tu dis que t'aimes pas le gué des grues ? t'es taxé d'homophobe… ouais celle-là c'est pour les initiés, elle est un peu plus subtile…

Je sais pas vous mais moi je trouve que ça devient pénible… "Un homme et une femme" version Lelouch 1966, c'est fini. Aujourd'hui un homme et une femme c'est louche tout court. Maintenant les trucs à la mode c'est LGBT, transgenre et tout le toutim. Alors, comme nous les cyclos on n'est pas des gens pas compliqués, et on est même plutôt conciliant… ben on a inventé le gravel. Ah ça comme vélo transgenre on ne fait pas mieux. Qui n'a jamais entendu parler du gravel ?


J'vous explique. Pour faire un vélo gravel, tu prends un cadre normal, mais avec une géométrie un peu spécifique, tu lui mets un guidon recourbé comme sur un vélo de course, mais tu lui colles des gros pneus comme sur un VTC, t'accroches une sacoche comme sur un vélo hollandais … et hop c'est parti tu peux aller te balader sur les chemins en gravier. Ben Ouaiiiss… parce que gravel ça veut dire gravier en anglais. Si c'était un vélo pour aller à St Quentin faire des tours de piste ça s'appellerait Tourtel pas Gravel.…


Et à l'UVO voilà ce que ça donne, par exemple avec le nouveau gravel en titane de Stéphane Schweitzer. Non Christine, j'ai pas dit que Stéphane était un p'tit âne… rhooo… c'est son vélo qui est en titane. Oh c'est pénible les sourds…

Non seulement il est super joli son gravel, mais en plus comme il a des freins à disques il fait de la musique. Et quand y freine y joue de "chouettes airs". C'est pour ça d'ailleurs que Stéphane on l'on l'appelle notre "beau héros de gravel" !

Mais rassurez-vous, tout l'UVO ne s'est pas converti au gravel, il en reste qui font du vélo "normal". Enfin, normal, si on peut dire… Car quand nous on fait des sorties de 100 km en moyenne, Patrick lui il va rouler 1000 km… et pas en Beauce… dans les Alpes ou les Pyrénées. Bon vous me direz qu'en parlant de Patrick on reste dans le domaine du transgenre… c'est pas faux. D'ailleurs, puisqu'on en parle… je me demande quand même pourquoi on appelle ça le bikingMAN. Moi je voudrais qu'on parle un peu du BikingWOMAN.


Attention je ne parle pas des cyclotes qui font ces trucs de fous. D'ailleurs si vous regardez les noms y'en a pas beaucoup, une ou deux peut-être. Tiens Patrick sur celui des Alpes, je ne sais pas si tu avais remarqué mais un moment y'en avait une cyclote devant toi … Stefan m'a dit qu'il avait regardé sur internet qui c'était… 1m15 de tour de cuisse parait-il…. t'es excusé, c'est pas une qui marche au pinard !!

Non mais dans l'absolu, sur ces trucs de fous y'a 99% d'hommes… forcément, les concours de quéquettes c'est généralement les mecs qui font ça…. Donc moi quand je vous parle du BikingWOMAN, je veux parler des épouses de tous ces fous de la pédale. J'ai pas dit tapette, hein, juste pédale. Bon on avait déjà de la peine pour Louise-Anne qui s'est tapée le suivi des 5 Paris-Brest de Jean-Louis, mais ça c'était tous les 4 ans…. Là moi j'ai une grosse pensée pour Sylviane, la femme de Patrick. Vous imaginez ? Son mari qui fait l'équivalent de 4 Paris-Brest-Paris dans la même année ? Enfin, quand je dis l'équivalent… y'a juste le double en dénivelé. Nous "frelons" l'overdose !! Mais y s'en fout lui, l'est transgenre j'vous ai dit, y sent rien.

Alors, vu l'entrainement que tout cela a demandé, malgré le confinement, Sylviane elle ne l'a pas beaucoup vu son Patrick depuis La Covid. Je vous explique vous allez tout de suite comprendre. Vous imaginez la scène, on est chez les Philippe, un samedi matin, vers 7h30.
- Patrick : bon, chérie, je pars faire un tour d'entrainement pour le Bikingman.
- Sylviane : OK chéri, sois prudent. A jeudi !
Et c'est comme ça depuis 2019….

Et puis pendant les épreuves…. Bon celui qui pédale, c'est dur, d'accord. Enfin, parfois on s'demande. Mais pour celle qui reste à l'hôtel et qui suit son homme sur le site de l'épreuve grâce qui donne la position et la vitesse du coureur en temps réel grâce à une puce greffée dans le dos… ouais a priori c'est cool, sauf que la puce GPS de Patrick elle déconnait tout le temps… donc on ne savait jamais s'il roulait, s'il s'était arrêté, s'il dormait, s'il avait un problème, s'il avait chuté peut-être…. Bonjour le stress…. Et selon sa bonne habitude, Patrick, plus il a fait de km, plus y roule vite…. 33 de moyenne dans les 100 derniers km m'a dit Sylviane. Quand t'as dormi à tout casser 20 minutes sur deux jours, ben je peux vous dire que la femme de Patrick Flippe…

Sylviane, tu m'as confié que plus les années passent et plus le stress augmente… moi je peux te conseiller un très bon anti-stress…. à la tienne Sylviane !! Alors messieurs, je pense que pour remercier nos bikingwomen qui supportent toute l'année nos excès cyclos, avec une mention spéciale pour Sylviane cette année, nous pouvons les applaudir chaleureusement.

Et puis bien sur il y a eu les choses moins drôles durant ces deux années.

Début 2021, le 30 janvier exactement, alors que l'on retrouvait enfin la possibilité d'aller rouler au-delà du fameux rayon de 10 km, il s'est passé un truc bizarre sur une sortie amicale. Arrivés au Patis sur la commune de Mittainville, il y avait devant moi, à quelques mètres, Daniel, Patrick et Stéphane Boudry, et quelques autres cyclos derrière moi. A la jonction avec la départementale, on ralentit, puis subitement, je vois Patrick qui tombe juste au moment de tourner. Manifestement sans gravité, je ne m'inquiète pas trop. Il en a vu d'autres. Mais dans la même seconde, je vois Daniel qui tire tout droit et puis qui tombe aussi, plus lourdement, et quasiment en même temps, Stéphane qui tombe juste devant moi. Ah le strike… j'avais les boules !!


Mets de l'huile comme disent les marseillais qui n'ont jamais fait de vélo de leur vie… effectivement, la chaussée était pleine d'huile, mais décidément c'est d'époque… c'était de l'huile transgenre elle aussi… pas la noire qui reluit et qui se voit de loin… non ici, de l'huile transparente, invisible jusqu'à ce que tu te casses la gueule dessus. Selon Daniel c'était de l'EP80 … sais pas ce que c'est je parle pas ce dialecte-là, désolé.… Et il y en avait sur plusieurs centaines de mètres après le tournant.

Alors que Patrick et Steph se relèvent sans difficulté et constatent quelques dégâts vestimentaires, notre Président bien huilé reste à terre. Je l'aide à se relever, manifestement il est un peu choqué, mais c'est un dur à cuire. II remonte sur le vélo, et nous dit que ça devrait aller. On repart vers la Boissière école, on roule doucement, car manifestement il a mal à la hanche. Dans la côte vers Adainville, il a du mal, je lui offre quelques poussettes. Et là v'la-ti pas qu'il me chante : "Laisse tes mains sur mes hanches… ".

Là j'me dis que c'est plus grave que prévu. La descente suivante lui permet de gagner encore quelques kilomètres vers la maison. Mais à Condé, il demande une pause. Et lorsque l'on voit qu'il n'arrive pas à descendre de son vélo, là on se dit que quelque chose ne va pas. Il appelle son fils qui arrive en quelques minutes, et l'emmène direction l'hosto de Trappes. Je vous passe les détails… pas par pudeur mais simplement parce que je n'y étais pas. Résultat des courses : fracture du fémur. Le syndrome Alain Lemaire on appelle ça à l'UVO !

Le lendemain matin, le voilà-t y pas déjà avec un fémur tout neuf ? Regardez-moi cette belle prothèse de hanche en titane, comme le gravel de Stéphane. Mais sans les disques. Comme aurait dit Guy Lux : on lui a greffé la tête et les jambes dis donc ! Et admirez cette belle couture (censuré). Ah ça devrait tenir plus longtemps que les celles de wear design ça c'est sur !!


Oui mais voilà… il y avait un problème. Un GROS problème. Daniel s'est rendu compte tout de suite que les toubibs s'étaient trompés de modèle : ils lui avaient mis une prothèse groupe 2. Alors il a tout de suite a demandé qu'on lui mette une prothèse groupe 1. Les toubibs ont hésité car ils avaient en face d'eux un cyclo encore jeune et plutôt en forme…. mais quand ils l'ont vu sur sa carte d'identité que le bonhomme avait 75 balais… ils lui ont dit qu'il était hors de question de faire deux anesthésies totales à 24 heures d'intervalle.

Il est rentré chez lui tout penaud, le Daniel. Mais ça le travaillait. Alors au bout de 8 jours, n'y tenant plus, il s'est jeté dans l'escalier pour se re-pêter le fémur. Et ça a marché !! Bon il a fait ça juste avant l'arrivée de son kiné Pascal – ouais, pas fou quand même notre Daniel. Du coup re-pompiers, re-hopital, re-opération … et cette fois on lui a mis une prothèse Groupe 1, on voit tout de suite la différence… plus affutée, plus longue distance…. et cette fois-ci avec les disques comme sur le vélo de Stéphane pour être certain que ça ne bouge pas quand y freine !

Et devinez quoi ? Et ben à peine 2 semaines après sa chute il était déjà sur son home-trainer le Daniel, et après 6 semaines il était sur le vélo pour une sortie de 64 km et il a repassé le cap des 100 bornes 15 jours plus tard. Je me souviens que juste après cette chute, Pascal Bertho m'avait demandé au cours d'une sortie si je pensais que Daniel remonterait un jour sur le vélo. Je lui avais répondu qu'à mon avis oui, mais que 2021 serait sans doute une année blanche pour lui. Ou plutôt une année noire vu sa passion pour le vélo. Tu parles d'une année noire…. Il en est déjà à 10.000 km cette année…. Et on n'est qu'en novembre !!

Maintenant c'est sur, on a vraiment un président qui nous prothèse … et comme dirait Luc Thibias, avec sa jambe toute neuve, il nous prothèse de Hanches à Epieds.



Alors voilà messieurs dames, quelques-uns des faits marquants des deux années écoulées…. Evidemment je ne peux pas passer en revue tout ce qui s'est fait à l'UVO durant ces deux ans, la chti-Breizh de Thierry, l'Auvergne sous le déluge, l'Orgerus-Bruxelles de Pascal Caumont, l'Eroica de Steph Le Lostec……. Et bien d'autres choses encore. Je voudrais juste terminer en m'attardant quelques instants sur quelques-uns de nos amis cyclos.

Le premier est le retour à l'UVO de notre ami Stéphane Rousseau, que nous avions quitté architecte d'intérieur et que l'on retrouve désormais artiste, peintre, écrivain… et donc cyclo à ses heures. On dit souvent qu'un chien qui a gouté au sang y revient toujours…. serait-ce pareil quand on a goûté à l'UVO ??


Et puis il y a notre ami Elie, figure de l'UVO s'il en est, que vous connaissez tous par son implication dans l'organisation des festivités du club. En 2020, il a été élu maire de Civry la fôret – ré-élu devrais-je dire, puisqu'il avait déjà occupé ce poste il y a quelques années. A voir la gueule du cadre, Macron en tremble encore dis-donc !! Elie, nous sommes fiers de toi !!

Et puis bien sur, comment conclure ce rapide tour d'horizon sans vous parler de notre ami Claudius, qui nous a quittés il y a quelques semaines à peine. Je ne serai pas larmoyant car il ne s'apitoyait pas lui-même sur son sort, et il n'aurait certainement pas apprécié qu'on le fit en évoquant sa mémoire. Si les plus récents adhérents l'ont sans doute peu ou pas connu, nombreux sont ceux ici qui l'auront côtoyé durant les 20 ans qu'il fut membre de l'UVO.

Claudius était ce que l'on appelle une personnalité forte. Il avait un avis sur tout. Toujours fondé sur l'intérêt général, sur une morale et des principes qui lui semblaient incontournables, dont celui de ne jamais abandonner ses propres convictions. Il ne lâchait rien, il voulait convaincre, mais toujours dans ce qui était l'intérêt commun et juste. Il allait jusqu'à en être chiant parfois, mais on ne lui en voulait pas car on savait qu'il ne défendait jamais son intérêt personnel.

Claudius était un sybarite. Selon le dictionnaire, ce terme qualifie les personnes qui recherchent les plaisirs raffinés d'une existence passée dans le luxe. Oui, raffiné il l'était, comme poète, comme créateur, comme cuistot. Perfectionniste à l'extrême aussi. Et tout cela, il y prenait du plaisir. Quant à son luxe, c'était avant tout celui d'être avec ses copains, de partager un moment de vie, d'échanger sur d'autres choses que les futilités de notre époque. Dans ce terme sybarite appliqué à sa pratique du vélo, il y avait ainsi le plaisir de se retrouver avec quelques amis pour faire une halte dans les bons restos au cours de ses sorties.



Car le vélo n'était pour lui qu'un prétexte. Claudius n'était pas forcément doué pour le vélo, et il le savait. Il en riait même. Mais pour partager avec quelques copains le plaisir des grandes aventures cyclotouristes, il s'acharnait sur les brevets longue distance, et compensait par un courage et une abnégation sans limite ce que la nature ne lui avait pas donné. Son rêve était de boucler le Paris-Brest-Paris. Il restera vain. Je sais ce que c'est.

Il se reconvertira avec talent, humilité et altruisme, dans l'assistance logistique et culinaire des participants du Paris-Brest entouré de ses admiratrices. Que d'aventures nous avons partagées ! Pour moi plus souvent dans le camping-car que sur la route du Paris Brest d'ailleurs !! Le temps me manque ce soir pour vous conter ses multiples talents, mais vous trouverez sur notre site l'hommage plus exhaustif qui lui a été rendu.

Claudius était un homme à part. Il restera une figure de l'UVO et ceux qui l'ont connu ne l'oublieront pas de sitôt. Personnellement, j'ai perdu un ami épistolaire.


Mesdames et Messieurs, cela fait deux soirées UVO consécutives où je me retrouve obligé d'évoquer la mémoire d'un cyclo disparu. La dernière fois, c'était Alain Vernerey, cette fois c'est Claudius. Alors que personne ne se sente obligé d'alimenter cette rubrique pour 2022, croyez bien que si je peux m'en passer l'année prochaine je ne m'en porterai que mieux !!!

Sur ce, je vous souhaite à toutes et tous une excellente soirée et vous dis à l'année prochaine… tout cela, au féminin comme vous le voyez !!


••• Vincent Goffin


2