Articles récents UVO

Cliquez pour modifier le mode d\'affichage (1 à 4 col) selon la taille de votre écran 

Putain d'îlot

Putain d'îlot

Quel est donc l'énarque ou le X-Pont qui a eu l'idée d'inonder nos villages de dos d'âne, chicanes, îlots et ralentisseurs en tout genre ? Certes, ces structures ralentissent les fous du volant motorisés dans les zones dites urbaines, mais elles constituent autant de pièges pour nous, cyclos, déjà si vulnérables par nature sur les routes de nos campagnes. En ce mardi 22 mars, notre ami Hubert n'a pas vu venir ce putain d'îlot posé en plein milieu du jeu de quilles, et qui vous barre la route sans crier gare juste à la sortie de Boissy-sans-Avoir. La chute est immédiate, et violente. Un pompier, passant par chance, lui prodiguera les premiers soins. Mais le mal est fait. Notre ami Hubert est déjà dans le train qui l'emmènera vers les étoiles quelques jours plus tard.

Un homme au grand cœur

Hubert était avant tout un homme au grand cœur. Grand comme une planète. Combien de fois ne nous a-t-il pas dit qu'il ne pouvait participer à telle sortie ou tel événement UVO parce qu'il était pris par une action caritative de Planète Cœur ? Sa retraite semblait tout entière vouée aux autres, à commencer par les plus démunis. Fervent croyant, il exprimait sans doute là de manière concrète les fondements de sa foi inébranlable. Charitable et généreux.


Au sein de l'UVO, Hubert était une "figure". Il avait rejoint nos rangs dans le courant de l'année 2015, et s'était immédiatement investi dans son fonctionnement ; comme une seconde nature, altruiste et généreuse. Il intégra rapidement notre Bureau et fut pendant de longues années en charge du sponsoring. Le sourire toujours vissé aux lèvres, il savait convaincre ses interlocuteurs de soutenir les multiples activités de notre club. Il était aussi notre ambassadeur auprès de l'ONF pour l'organisation des parcours VTT de notre Rallye des Clochers. Là encore, il avait su établir avec les ingénieurs forestiers un lien de confiance réciproque pour obtenir les autorisations nécessaires, en rectifiant si besoin les parcours pour que tout le monde soit content. Enfin, il était le capitaine du Groupe 3. Ce groupe de cyclos qui ne cherche pas (forcément) les performances – quoique… - mais qui prend plaisir à rouler ensemble trois fois par semaine. Parfois plus, même.

Il ne sera pas facile de retrouver pareil profil pour que la vie de l'UVO continue sur ces rails.


Peur de rien

Mais n'allez pas croire que cette bonhommie évidente cachait un homme lisse. Il savait très bien ce qu'il voulait – et ce qu'il ne voulait pas aussi, d'ailleurs (nos longues discussions sur la vaccination en furent un bon exemple). Mais il avait toujours l'élégance d'échanger sans adversité.

Si le canapé est souvent le refuge privilégié des "Papy-gâteau", il n'en était rien pour notre ami Hubert. A chaque occasion, il s'adonnait à sa passion : le vélo. Il avait son parcours favori pour l'entrainement de fond, celui qu'il parcourait sans se poser de question, sans doute sans regarder le GPS, juste pour faire des bornes.

Et là aussi, il était devenu une "Local Legend".



Car tes objectifs, ami Hubert, étaient clairement affichés. Et même si tu n'avais pas forcément un corps d'athlète, aucun défi ne te faisait reculer. La Jean Racine, l'Ardéchoise, les rallyes, les grands raids, les sorties solo, tout y passait pour y arriver. Un peu casse-cou, voire un peu tête brûlée aussi, notre Hubert. Il neige en cours de sortie ? Qu'à cela ne tienne, je ne vais quand même pas appeler pour qu'on vienne me chercher, j'ai passé l'âge ! Et tu rentrais à la maison sur tes deux roues, on ne sait trop comment.


Un peu tête en l'air aussi, lorsqu'il se retrouvait au départ d'une amicale tête nue, le casque étant resté dans le garage à LQY. Un personnage haut en couleurs, sous des dehors presque anonymes.

Oups… oublié le casque… pas de quoi en perdre le sourire !

Les visites fréquentes en Ariège, pour y retrouver fils, petit-fils et consorts, étaient forcément synonymes de sorties montagnardes. Bien que plus à l'aise dans l'ascension version chrétienne que dénivelée, cela ne lui faisait cependant pas peur. La dernière virée en date fut lors des fêtes de Noël. Son objectif de boucler 10.000 km dans l'année était presque atteint, il manquait juste 70 km. Par la faute d'une voiture qui refusa de démarrer, il enclencha le plan B pour se rendre en Ariège, mais sans pouvoir emmener le vélo (ou plutôt les vélos, devrais-je dire, car le gravel était aussi au programme). Sur place, il ne résistera pas à la tentation d'emprunter le "vélo rustique du fiston" (ce sont ses propres mots) pour atteindre son but. L'exploit était là. Strava débordait de mille félicitations.

Mais parfois, tu nous faisais bien peur, Hubert….


Tu faisais du vélo partout ! Lorsqu'en 2016 tu rendis visite à ta fille installée en Equateur, à Puerto Misahuallí pour les connaisseurs, tu te débrouillas encore pour trouver un vélo vaguement à ta taille et avaler plus de 1.200 km dans une région elle aussi bien vallonnée. Foi de Strava !


Tour de Belgique


Ton plus grand exploit restera ce tour de Belgique, mené en pleine pandémie durant l'été 2020. Moi, le natif du plat pays, ne pouvais rester insensible à ce périple qui passait sur mes terres, dans l'est du pays. Tu avais préparé 7 étapes, avec au programme près de 1.000 bornes et 7.000 mètres de D+ (pas mal pour un "plat" pays !). Avec le gravel acquis quelques semaines plus tôt, les sacoches pour l'autonomie complète, et le groupe WhatsApp pour le suivi en live de cette nouvelle aventure, dont tu étais l'auto-promu Capitaine ad hoc !


Jusqu'au dernier moment, tu craindras que les mesures sanitaires ne t'empêchent de réaliser ce beau projet, mais heureusement il n'en fut rien. Et comble de l'ironie, alors que les sorties dans le "nooord" (comme dirait Galabru) sont souvent synonymes de conditions climatiques assez rudes (demandez à ceux qui se sont hasardés sur la cyclosportive Liège-Bastogne-Liège), tu effectueras ce périple sous une canicule inattendue rappelant celle de 2003.

Et une "mitraillette" bien méritée pour reprendre des forces.

Tu auras vécu cette belle semaine avec les yeux d'un gamin qui déballe ses cadeaux de Noël. Et tu nous auras fait partager cette magnifique aventure, à nous donner envie de t'accompagner sur la prochaine :

"Ce fut une superbe expérience, que j’ai envie de renouveler, ici ou ailleurs… si possible sans canicule, en solo, en duo ou en petit groupe de 4 ou 5 maximum. Le vélo, un "gravel", était idéal pour ce genre de périple avec sacoches. Il permettait d’aborder sans inquiétude les quelques passages gravillonnés, ou les pistes parfois disjointes, et il fut très confortable partout, même si parfois un peu lourd dans les montées. Pour la première fois de ma vie, j’ai eu les derniers jours des ampoules aux mains… Peut-être aurais-je dû changer de gants tous les jours puisque je n’ai utilisé qu’une seule des 2 paires emportées ? Autre problème à résoudre impérativement : l’autonomie insuffisante de la batterie du GPS ! Il faut absolument une batterie annexe, ou une dynamo, mais en tous cas une solution pour bénéficier de la totalité des fonctions chaque jour, du départ à l’arrivée ! Après cette expérience, je rêve de faire un jour (pas trop tard, car l’âge avance…) un aller-retour à vélo de la Queue lez Yvelines à Saint Jacques de Compostelle… 3.200 km en 36 jours, à raison de 100 bornes par jour et 4 jours de repos sur l’ensemble… ".

Hélas, ce vœu restera pieux (mais cela te va bien). Nous sommes certains que sur ton trajet vers le paradis éternel, tu auras pris soin de faire étape à Saint Jacques de Compostelle, comme tu le souhaitais.

Adieu Hubert

En cette fin mars, tu avais déjà parcouru près de 2.800 km. Tu voulais sans doute que 2022 soit plus grandiose encore que 2021. Tu n'imaginais pas l'aventure s'arrêter comme ça, si brutalement. Nous non plus. Aujourd'hui, tout un club pleure ton envol inopiné vers les cieux. Tu auras marqué l'UVO de ta gentillesse, nous ne t'oublierons jamais.

L'UVO a 38 ans d'existence. La disparition d'Hubert ouvre un triste chapitre que nous avions soigneusement pris soin d'ignorer jusqu'ici. Celui des cyclos disparus sur le vélo. Puisse le stylo qui a écrit tes derniers instants manquer d'encre à tout jamais.

Nos plus chaleureuses pensées accompagnent ta famille et tous tes amis – et ils sont certainement très nombreux.

Casque de travers sur un sourire légendaire… tout est dit. Adieu Hubert.


••• Vincent Goffin, le 26 mars 2022