Articles récents UVO

Cliquez pour modifier le mode d\'affichage (1 à 4 col) selon la taille de votre écran 

Adieu Claudius, on t'aimait bien, tu sais….

En cette fin d'été 2021, l'UVO pleure l'un des siens, et pas des moindres : Claude Hiblot, qu'au fil des ans nous avions affectueusement rebaptisé "Claudius". Ton humour subtil, cultivé, moqueur, décapant, parfois caustique, souvent à plusieurs étages (dont seul le premier était accessible aux non-initiés), nous a si souvent fait éclater de rire. Jaune, parfois, car tu n'avais pas de tabou et la franchise était l'une de tes grandes qualités. C'était ton style, on t'aimait ainsi. On perd aujourd'hui un compagnon de route, un ami, un créateur, un cuistot, un poète, un altruiste, un sybarite, un clubman. Un caractère bien trempé, aussi !

Ce petit œil malicieux qui t'allait si bien (sortie club en Bourgogne, 2006)

- "Hihihi, je higole" … dois-tu te dire de là où tu es parti te cacher ! Non pas dans les cieux, toi agnostique devant l'éternel (sans majuscule), mais quelque part où il fait bon vivre. En maître épicurien que tu es, tu auras pris soin de sélectionner un endroit où l'on trouve de bonnes tables, et tu te seras sans doute assuré de la présence de ta maîtresse de toujours : la Syrah, ton cépage préféré qui sent bon le soleil de la vallée du Rhône.

- "Et ce petit Saint-Joseph que je nous avais mis de côté pour trinquer à ta guérison, j'en fais quoi maintenant, Claudius ?"

- "Ben tu le bois à ma santé, ma poule, maintenant que c'est passé, je peux me remettre à picoler !!"

Car tu riais de tout, même de ta maladie. Quelle blague, la vie ! T'envoler comme ça, la veille d'un Orgerus-Dieppe auquel tu aurais sans doute aimé participer, en partant en solitaire aux aurores, bien sûr, pour pouvoir rouler à ta main, sans te presser, tout en t'assurant de ne rien manquer des moments festifs de l'aventure. Car pour toi, le vélo n'était pas une fin en soi. C'était juste un moyen. Pour être avec les copains et partager un moment dans la bonne humeur. Les sorties clubs ? Alors que les circuits étaient pensés pour aller chercher toutes les côtes du coin, toi, tu te concoctais des petits parcours sympas, pas trop longs, pas trop pentus, mais menant invariablement à un bon resto pour la pause méridienne. Youcef et quelques rares privilégiés partageant ta philosophie vélocipédique, avaient l'honneur de ta compagnie. "Les sybarites" avais-tu eu l'idée de vous baptiser. Tout un programme ! Le vélo autrement, par un homme, lui aussi, "autrement". On t'aimait surtout pour ça, Claudius !

Toujours heureux lorsqu'il s'agit de profiter (Sortie club 2013)

Avec Patrick Gracia, "Laspou" et Youcef (Sortie club 2010)

On profite, sans retenue… même si on me regarde. Hahaha !! (Stages du soleil 2014)

Tu viens à peine de partir, et déjà tu nous manques. Il nous restera les souvenirs, et il y en a un paquet ! Tu penses, 20 ans de club, avec celui qui n'était pas le moins charismatique d'entre nous…. Parole de Kaptain Jean-Louis, ton aventure à l'UVO a commencé le 29 juillet 2001. Par une sacrée virée d'ailleurs : 111 km. Et oui, car toi, ma Poulette, tu venais de Beynes à vélo !! Fallait te laisser le temps, tu ne faisais pas dans la dynamite (du moins pas sur le vélo). Non, sur la bécane, Monsieur aimait profiter. Ni grimpeur, ni rouleur, ni sprinteur. Mais kèkifzait sur un vélo, alors ??? Des longues distances, Môôôssieur ! Sur ton beau vélo vert métallisé réservé aux grandes occasions, tu croisas d'ailleurs notre Kaptain dès 1999, lors de ton BRM 600 de Montigny, qualificatif pour le Paris-Brest-Paris. Las ! l'accident de ton chef d'atelier t'empêcha de prendre le départ du PBP la même année. L'imprimerie ne pouvait rester fermée pendant 4 jours…. ou plus, vu ta vitesse… hihihi, mais je higooole ! Le rêve d'une vie venait de s'envoler, mais tu ne le savais pas encore. En 2003, tu franchiras le BRM600 de Vendôme au courage, et aussi un peu grâce à la force des encouragements de Jean-Louis et "Laspou". Mais quelques semaines plus tard, ton rêve de boucler le PBP s'évapore définitivement aux portes de Mortagne. Fermez le ban…

Lors d'un des multiples brevets que tu auras bouclés dans ta carrière de cyclo.

Qu'à cela ne tienne, tu n'y resteras pas longtemps (sur le banc), et tu vivras les PBP suivants par procuration, en assurant l'assistance culinaire (et toute sa logistique) des valeureux "Brestois" : Eric, Serge, Youcef, Denis, Jacques, Jean-Louis, Patrick, Guillaume. Je fus aussi de l'aventure, mais pour l'exactitude historique, Loudéacien me sied mieux que Brestois (là, tu es autorisé à higoler !). A l'UVO, on en était presque arrivés à vouloir faire le PBP rien que pour les pauses repas !! Tu parles ! Une table de camping, certes, mais "quatre boyaux" au guide Michelin ! Tout était ficelé d'avance, et dans la promiscuité des cuisines d'un camping-car, tu nous mitonnais des volailles en sauce, des gratins de légumes, des pommes de terre rissolées … c'est tout juste si on n'avait pas des frites (une fois).

Première assistance "camping-car" lors du PBP 2007.

On attend les cyclos.

La boîte à outils est prête, au cas où…

C'est prêt….

… à table !

La fine équipe du PBP 2015

Tout cela sous les yeux admiratifs des promises cuitées (Christine, Marie-Jo, Nathalie) ... car Monsieur avait ses préférences en termes de cohabitation (et pas que, d'ailleurs).

The Claudius' fan club

Et non content d'avoir assuré la fourniture de sucres plus ou moins lents, une fois le PBP terminé, tu nous en faisais une narration sous toutes ses formes - articles, emails, affiches. Et il en fut ainsi en 2007, 2011 et 2015. Quel talent !!

PBP 2007, l'esprit d'équipe titrais-tu… une réalité que tu représentais à merveille.

Tu fus aussi notre Président en 2007 et 2008. A l'époque, l'UVO était en pleine croissance et comptait une cinquantaine d'adhérents. Tu avais les idées bien arrêtées sur beaucoup de choses, et ceux qui ne te connaissaient pas encore très bien eurent vite compris que tu étais plus doué en cuisine qu'en compromis. Hihihi, mais je higole ! Quoique …. car tu quitteras cette fonction après seulement deux ans, pour retrouver ta liberté de parole, et – comme il te plaisait à le dire – "pour pourvoir gueuler" (sous-entendu, ce qu'un président digne de ce nom ne peut pas faire !). Car quand tu n'étais pas content, cela se voyait, et surtout, s'entendait. Tu faisais bouger les lignes, tu nous mettais devant nos contradictions. Mais c'était toujours dans l'intérêt du collectif, dont tu avais un sens aigu. Tu avais la bienveillance d'esprit d'un vrai clubman. On t'aimait pour ça aussi.

Tes multiples talents artistiques – écriture, design, impression, polychromie, et j'en passe – t'amèneront à deux contributions majeures pour l'UVO : notre troisième génération de maillots, et notre site internet.
La première fut une évidence : on Noret pas fait mieux (hihihi, là tu higoles, j'espère) !

L'UVO qui devient l'UVélO, du Claudius pur jus ! Et le petit rond du "é", qui devait être jaune et non pas rouge… qu'est-ce qu'on en a entendu parler !!

La seconde fut plus longue à accoucher. Comme pour un brevet de 600 km, tu es parti de rien, et il fallut tout construire. A ta vitesse, d'essais en erreurs puis en succès, a force de temps, de passion, de volonté, et de talent aussi, tu finis par y arriver (Colette s'en souvient encore, elle croyait que tu avais déménagé !!). Mais quel résultat ! Combien de cyclos fraichement recrutés ne nous ont-ils pas avoué avoir eu envie de rejoindre l'UVO après avoir consulté notre site web ? Avoue que tu en étais fier. Au fil des ans, tu y feras figurer toutes les histoires de l'UVO, en live…. ou presque. Car ta quête permanente de perfection imposait toujours de multiples allers-retours avec tes scriptes, dont je fus souvent. Alors que l'on te fournissait des photos à moitié floues, prises au vol dans une situation cocasse ou un passage en côte, tu réclamais toujours la photo en 4 milliards de pixels, sous peine de ne pas publier !!! Tu étais exigeant, parfois même ch.… (censuré). Mais c'était pour la bonne cause(tte). On t'aimait comme ça !

Aussi radieux dans la grisaille des Ardennes belges (Sortie club 2013)…

… que sous les palmiers des Stages du soleil !!

Les stages du soleil, la piste, le forum des associations, "ta" tombola du Rallye des clochers, les fêtes du club… autant d'activités de l'UVO auxquelles tu participas activement, lorsque tu n'en fus pas toi-même le maillon essentiel.

La tombola du Rallye des clochers, et son tirage au sort dont l'organisation te triturait les méninges pour être certain que tous les cadeaux trouvent preneur…

Vélodrome de St Quentin en Yvelines. Même pas tombé dans le tournant !


L'humour n'était pas la moindre de tes qualités, tout le monde l'aura compris. Le courage aussi, et ça, c'est peut-être moins connu. Les initiés en ont eu l'illustration à maintes reprises lors des longs brevets, que ton physique puissant et longiligne (je higooole) ne te prédestinait pas à vaincre naturellement. Sans trahir nos échanges épistolaires durant de ces deux dernières années et demi au cours desquelles rien ne te fut épargné, je ne peux m'empêcher d'en citer ici quelques extraits qui montrent à quel point tu fus plus courageux encore que sur un PBP, sans jamais te départir de ton auto-dérision légendaire. Alors que je t'informais pouvoir, si tu le souhaitais, te mettre en contact avec des collègues oncologues de l'hôpital Georges Pompidou, tu me répondis ceci :
- "Le pauvre Georges, mort lui-même du cancer du poumon — il fumait tant, aussi — est enterré à Orvilliers, où j’ai rencontré fortuitement pour la première fois les cyclos de l’UVO qui pissaient sur le mur du cimetière, et depuis nous ne nous sommes plus quittés. Je higole, mais c’est vrai. Oué je sais c’n’est pas drôle ! Hahaha".

Un peu plus tard, assailli par mille traitements, tu avais encore la force de plaisanter :
- "Petit sourire narquois : je suis à l’EPO et, avec mon poids de forme (70 kg) je vais pouvoir me taper la Planche des belles-filles". (Les spécialistes apprécieront).

Mais le plus beau fut sans doute celui-ci :
- "J’ai conservé volonté, moral et humour tout ce temps… Je pense qu’il n’y a pas d’autre attitude possible (question de nature)".

Quelle leçon.

Adieu Claudius, on t'aimait bien. Et merci pour tout !

La vie est une vaste blague, la mort aussi (mais moins drôle). L'UVO ne t'oubliera pas de sitôt.


••• Vincent Goffin, le 19 septembre 2021